#187 - Bilan de 5 années d’incohérence, d’incompétence, d’immobilisme et d’injustice de Monsieur Eddie AIT et son équipe municipale à l’échelle d’un quartier de Carrières-sous-Poiss

Publié le par Collectif ZAC BdS

    1363138523 565547 logo medium.0

…Bilan de 5 années d’incohérence, d’incompétence,

d’immobilisme et d’injustice

de Monsieur Eddie AIT et son équipe municipale

à l’échelle d’un quartier de Carrières-sous-Poissy

 

Depuis 3 ans maintenant, nous publions le bilan des actions municipales sur la ZAC des Bords de Seine.

Force est de constater l’ensemble des riverains et les carriérois transitant par le quartier que les choses n’ont pas bougé voire même ce sont terriblement dégradées.

 

Depuis la création de l’association en 2011, il semble que Monsieur le Maire ait beaucoup de mal à intégrer que ses chers administrés et contribuables des bords de Seine ne se contentent pas /plus de lire écouter, croire ou boire la bonne « parole » municipale. Même ses inutiles actions en justice à l’encontre de riverains ou de l’association, aux frais des contribuables carriérois, ont toutes été déboutées.

 

La fonction de premier élu et la connaissance des dossiers permettra à Monsieur le Maire de constater que son bilan décliné ci-après est incontestablement basé sur des faits ou méfaits, totalement en corrélation avec les statuts de notre association dans la défense des intérêts des riverains www.collectifzacbds.fr 

En conséquence et en aucun cas, il ne s’agit d’un ressenti critique ou d’une quelconque position politique.

 

Incapable d’assumer l’ensemble de sa propre gestion face aux riverains, Monsieur le Maire chargera, sans aucun doute, une tierce personne de répondre par tract interposé à son bilan. Manque de courage ou d’expérience, c’est ainsi qu’il conçoit son rôle d’élu envers ses administrés qui osent poser des questions sur des aménagements ou s’opposer à des permis de construire complètement inappropriés.

 

Pour le lecteur pressé, l’on peut aisément résumer les actions démocratiques et participatives de Monsieur le Maire sur la ZAC des Bords de Seine et, à priori ailleurs, en citant le Président du Conseil Constitutionnel Monsieur Jean-Louis DEBRE, vrai démocrate, lui, tiré de son dernier ouvrage « Françaises, Français :

 

« C'est par « la communication [les discours] » que se manifestent, en certaines occasions, le courage, la lucidité… [des politiques]... Mais « elle » peut aussi, il est vrai, maquiller l’inaction, dissimuler le mensonge, diffuser de fausses impressions, permettre la manipulation, […], masquer la lâcheté, expliquer l’inexplicable, semer l’illusion».

 

Entre les lettres aux riverains pour certaines travesties dans leur contenu, les photos montages dans les magazines de la ville, les supercheries de rencontres avec les riverains … Monsieur le Maire et son équipe se sont vraiment surpassés (cf. www.collectifzacbds.fr).

 

Au regard de ce bilan encore une fois exclusivement basé sur des faits vérifiables, plus encore d’une attitude anti-démocratique, discriminante voire radicale, très éloignée des valeurs républicaines que le premier élu d’une ville doit promouvoir, le COZAC appelle de facto les riverains du quartier à manifester leur mécontentement dans les urnes en mars prochain. Attention, s’inscrire sur les listes électorales avant le 31 décembre 2013. 

 

Faits et méfaits municipaux sur la ZAC des Bords Seine 30/11/2013, tous documentés sur www.collectifzacbds.fr.                    

 

Incohérences et Incompétences, Monsieur Eddie AIT et son équipe                    

Ä ont supprimé en front de Seine un ponton d’accostage pourtant vendu et promu par Bouygues Immobilier auprès de leurs clients, futurs carriérois.

Ä ont refusé d’aménager l’escalier situé au pied de la RD190 avec une rampe d’accès pour Personne à Mobilité Réduite ou Vélos ou poussettes enfants obligeant à faire le grand tour par le dépôt de bus. 

Ä ont signé un permis de construire Urban Europe avec une tour Signal de 33 m à l’entrée de la ZAC, accessoirement futur emblème de la ville !

Ä ont publié une photographie tronquée, masquant la dite tour de 33 mètres à tous les carriérois (Carrières Les Nouvelles n°17 septembre 2011 et n°18 novembre 2011). 

Ä ont modifié un PLU à posteriori du dépôt du permis de construire Urban Europe (une des bases juridiques du recours contentieux déposé par le Co.ZAC en janvier 2012).

Ä ont refusé 25 recours gracieux contre le permis Urban Europe le 29/12/2011.

Ä ont mis en demeure Bouygues Immobilier le 04/01/2012 les sommant de revoir le permis de construire Urban Europe, inapproprié à l’environnement !!!??? 

Ä ont dans la foulée signé un nouveau plan de masse pour construire 113 logements sur le programme SeinEurope ainsi qu’une crèche asphyxiant totalement l’accès au quartier des Bords de Seine.

Ä ont fait croire aux carriérois depuis juillet 2011 que l’association Co.ZAC était illégitime dans ses statuts. La légitimité du Co.ZAC a été reconnue par le Tribunal de Grande Instance de Versailles. 

Ä ont fait croire aux carriérois que l’association Co.ZAC était contre la crèche et les logements sociaux alors même que l’association a retiré son recours permettant au permis SeinEurope et la crèche de se réaliser, cette fois-ci sans tour de 9 étages.

Ä ont implanté une crèche de 40 bambins au pied de la nationale RD190, un dépôt de bus et ses nuisances (passages, bruits, pollution) et potentiellement les pieds dans l’eau lors des crues. Cette crèche n’est pas destinée aux riverains et seules une dizaine de places seront disponibles pour les carriérois, le différentiel étant géré en DSP (Délégation de Service Public).

Ä ont signé un 2ème permis de construire Villa de Castille à Bouygues Immobilier en contrepartie de la crèche sachant que l’espace disponible aurait pu être dédié à la crèche de 40 berceaux, au calme.

Ä ont installé près de 200 plots et de multiples dos d’âne en dépit du bon sens. Ils devront être prochainement démontés notamment pour le permis de construire Villa de Castille sur Reine Blanche et les futurs axes perpendiculaires à la rue de la Reine Blanche, le futur collège, bref que d’argent gaspillé faute de réflexion.

Ä ont signé un arrêté de circulation permettant aux 200 bus Veolia d’emprunter la seule et unique rue du quartier 16 h par jour au fallacieux prétexte de la réouverture de la ligne de bus n°2 alors qu’une autre sortie Veolia existe sur la Reine Blanche.

Ä ont dépensé 66.000 euros pour l’installation de 3 feux tricolores SANS AUCUNE concertation avec les riverains et les syndics de copropriétés uniquement destiné à faire manœuvrer les bus de 19 tonnes.

Ä ont effectué, soi-disant, 2 études de stationnements et de circulation sur la ZAC sans jamais les communiquer aux riverains.

Ä nous annoncent dans la lettre d’information n°5 un nouveau leurre municipal purement électoraliste. AU CONDITIONNEL le super parking de 227 places, vidéo surveillé et qui sera, selon des modalités qui restent à définir, accessible aux riverains !!! Rappelons que l’existence de ce parking est destinée à recevoir les visiteurs du  Parc du Peuple de l’Herbe et non pas les riverains.

 

Immobilisme, Monsieur Eddie AIT et son équipe                   

Ä ont été incapables de montrer aux riverains un protocole « inondation PPRI » clairement défini (Plan de Prévention des Risques d’Inondation)

Ä ont été incapables, malgré l’engagement municipal, de trouver un acquéreur au local commercial, faute de places de stationnement.

Ä ont été incapables de trouver une solution aux stationnements autrement qu’en repoussantà plus de 1.200 mètres les stationnements avec soi-disant 28% de places supplémentaires. Ces quelques places ont déjà commencé à disparaitre avec les travaux de la Centralité en amont du dépôt de bus.

Ä ont repoussé nos véhicules vers une zone de stationnement insalubre sur la rue de la Reine blanche, où l’insécurité règne entrainant à répétition vandalismes et vols sur les véhicules.

Ä n’ont rien fait pour carrosser correctement nos trottoirs afin que les poussettes des piétons n’aient plus besoin d’être sur la voie pour se rendre au centre de Carrières.

Ä ont été stériles en action,réflexion s’agissant du dépôt de bus et de ses accès.

Ä envisagent au bout de 5 ans !!! de modifier l’accès routier à l’entrée de la ZAC au faux prétexte du passage du bus de la ligne 2 (Carrières les Nouvelles - Novembre 2013) alors que tout le dépôt emprunte cet axe en zig zag !!!

Ä ont délaissé un chemin d’accès au jardin d’enfant Aristide Briand, boueux en permanence et qui est devenu une zone de stationnement faute de mieux.

Ä n’ont réalisé aucune rencontre avec les riverains depuis 4 ans aussi bien en Mairie que sur le terrain.

Ä ont passé ces 5 années à dire aux riverains de la ZAC ce n’est pas de ma faute, c’est l’autre… et c’est même la faute du Préfet si le permis de construire de la tour de 33 m a été signé !

Ä ont fait croire aux riverains que la caméra de surveillance était fonctionnelle depuis 2011 alors même que la police nationale nous a dit à plusieurs reprises le contraire allant jusqu’à exploiter nos propres vidéos des copropriétés lors des différentes enquêtes !!! Le mensonge municipal touche à sa fin : le commissariat de Poissy nous a confirmé qu’elle le serait enfin depuis seulement 4 semaines !!! Il en est de même pour les autres présentes dans Carrières…

Ä ont montré un laxisme chronique sur le vandalisme et cambriolages sur notre quartier allant jusqu’à qualifier les auteurs des faits comme de quelques irresponsables (cf. lettre aux riverains !!).

Ä nous annoncent dans la lettre d’information N°5 un nouveau leurre municipal d’un parking de 227 places destiné aux visiteurs du Parc du Peuple de l’Herbe et n’avoir absolument pas été capable en 2 ans d’en définir les  modalités pour le rendre soi-disant accessible aux riverains. Egalement prochainement des abribus !!! en 2015 plus précisément dès lors que les travaux sur la ZAC seront enfin achevés.

 

Injustice, Monsieur Eddie AIT                   

Ä a toléré qu’un de ses collaborateurs traitent les riverains de nantis et souhaite que nous soyons inondés avant son départ en retraite (2 témoins et compte-rendu disponibles).

Ä a cautionné les Procès-verbaux pour stationnement à l’encontre de notre postière, nos infirmières, nos médecins, nos livreurs…

Ä a refusé de reconnaitre l’association le Co.ZAC depuis juillet 2011 lui interdisant entre autre de figurer dans la rubrique municipale associative Cadre de vie. Depuis, le législateur lui a donné entièrement tort par 3 fois ce qui tend à prouver une discrimination et radicalisation à l’encontre du Co.ZAC !

Ä a porté plainte envers 2 riverains pour l’affichage des banderoles sur un lieu privé bien qu’ils aient obtempéré dès la 1ère mise en demeure et alors même que Monsieur le Maire autorise voire sponsorise ce même type de banderoles sur des combats médiatiques qu’il soutient politiquement.

Ä a menacé par écrit une association de riverains pour atteinte à son image et sa notoriété.

Ä a porté plainte contre une association de riverains pour quelques affichettes collées sur la voie publique pour une opération de nettoyage des berges jamais réalisée par la ville en 5 ans.

 

 

Enfin, toujours transposer à l’échelle d’un quartier par les faits, que penser du récent communiqué de Monsieur le Maire sur son site portant sur :           

 

*la nécessité de proposer ensemble des projets de ville autour d’une nouvelle vitalité locale 

Depuis 5 ans, on a vu le sens du mot ensemble sur notre quartier. Quant à la nouvelle vitalité locale, la nouveauté annoncée est donc un aveu d’échec et se résume aux petits fours en privé pour les 1ères pierres ainsi qu’un local commercial vide depuis 5 ans.

*d’un développement durable assuré 

La stupide attitude de l’édile lors du nettoyage citoyen des riverains en avril dernier allant jusqu’à trainer en justice une association de riverains en dit long sur ses valeurs personnelles sur ce thème à la mode.

*d’un renforcement qualitatif du cadre de vie 

Empiler les immeubles les uns sur les autres, étouffer complètement un quartier, une ville ? Implanter une micro-crèche dans le pire endroit, la conception du cadre de vie à l’échelle d’un quartier est vraiment douteuse. Quid de la Centralité ?          

*et d’une démocratie participative redynamisée 

La supercherie participative n’est plus à démontrer sur le quartier… et sur Carrières, basée sur un clientélisme très sélectif et l’absence de vraie concertation. De facto, un véritable aveu que la démocratie participative carriéroise était un leurre depuis 5 ans puisqu’il faut « la redynamiser ».

             

****************************

                      

Nous convions évidemment les carriérois à venir constater les dégâts sur le quartier, exemples des qualités urbanistiques consternantes de l’équipe municipale à l’aube de la Centralité sur Carrières-sous-Poissy.

Quelle que soit l’issue du prochain scrutin, le Co.ZAC continuera à défendre les intérêts des riverains et s’assurera toujours de la réalité des faits, n’en déplaisent à l’image et la réputation de l’édile en responsabilité.

 

 

L’équipe du Co.ZAC

www.collectifzacbds.fr

 

#187 COZAC - 5 ans de régime sur la ZAC des Bords de Seine   #187 COZAC - 5 ans de régime sur la ZAC des Bords-copie-1

 

#187 COZAC - 5 ans de régime sur la ZAC des Bords-copie-2   #187 COZAC - 5 ans de régime sur la ZAC des Bords-copie-3

 

pdf-icon   5 ans de régime sur la ZAC des Bords de Seine 

 

 

Publié dans ZAC des Bords de Seine

Commenter cet article